Auriculaire le podcast logo

Auriculaire le podcast

Podcast indépendant qui donne la parole aux autrices de bande dessinée. Je vous propose de découvrir leurs parcours, leurs histoires et leurs aspirations.

Épisode 17 : Léandre Ackermann - publié le 15 mai 2018

Je vous emmène en Suisse aujourd’hui, à la rencontre de Léandre Ackermann. Léandre est originaire de Suisse romande et est actuellement en résidence à Paris. Elle a publié en 2015 « L’Odyssée du microscopique » (La Boîte à Bulles) scénarisé par Olivier Delasalle et est très impliquée dans le collectif de « La Bûche », fanzine qui publie chaque année 17 autrices de Suisse romande sur un thème libre. L’aventure, qui a démarré en 2015, a déjà permis de publier 51 dessinatrices pratiquant la BD. L’objectif, au-delà de la publication, est de permettre aux femmes de se rencontrer et de constituer un « réseau » ce que les hommes savent bien faire mais dont les femmes n'ont pas l'habitude. Avec Léandre, nous avons parlé de ce beau projet qu’est « La Bûche » mais aussi du féminisme « à la Suisse » qui selon elle est assez différent du féminisme français.

Plus de détails sur l'épisode

Épisode 16 : Marie Spénale - publié le 8 mai 2018

C’est Marie Spénale que je reçois aujourd’hui dans Auriculaire et je suis ravie qu’elle ait accepté de venir discuter avec moi lors d’un de ses passages à Paris. Marie est illustratrice et autrice de bande dessinée. J’ai découvert son travail avec son blog qui a été primé en 2012 à Angoulême « Les lapins roses ne courent plus dans les champs ». En 2016, est sorti son premier album BD, « Heidi au printemps » (Delcourt), qui dépoussière totalement l’histoire bien connue d’Heidi et le 2 mai 2018, c’est-à-dire avant-hier où presque, est sorti son dernier album destiné à la jeunesse« Wonder Pony » (Jungle). Pendant cet entretien, nous avons évoqué la genèse d’Heidi mais nous avons aussi parlé de l'utilisation du mot autrice, des réseaux sociaux et de leur influence possible sur la création.

Plus de détails sur l'épisode

Épisode 15 : Christelle Pécout - publié le 1er mai 2018

J’ai rencontré Christelle Pécout à plusieurs reprises, à Paris, à Angoulême… mais c’est finalement à la librairie Violette & co lors d’une dédicace de « Féministes » (Vide Cocagne, 2018) que nous avons enfin enregistré l’interview que vous allez entendre ! Christelle a publié son premier album en 2004 dans la série « Lune d’ombre » (Les Humanoïdes associés) et s’est toujours attachée à faire vivre des personnages féminins forts et en dehors des stéréotypes dans les albums qu’elle a réalisés depuis. Elle a récemment publié « K-Shock » (Glénat, 2016), album dans lequel elle raconte l’histoire d’Alice, une jeune française, qui vient vivre sa passion pour la K-pop à Séoul et a également participé au recueil « Féministes » ou elle illustre les stéréotypes et injonctions appliqués aux femmes asiatiques. Christelle est très engagée dans la défense des droits des autrices et auteurs, et asio-militante. Nous avons parlé de son engagement féministe, de la Corée et de ses albums à venir.

La librairie Violette & co dans laquelle nous avons enregistré l'interview se trouve au 102, Rue de Charonne, dans le 11ème arrondissement de Paris et propose des essais, fictions et revues sur le féminisme, l'homosexualité et les questions de genre.

Plus de détails sur l'épisode

Épisode 14 : Chantal Montellier - publié le 24 avril 2018

J’ai rencontré Chantal Montellier à plusieurs reprises avant cet entretien mais c’est au festival d’Angoulême que nous avons trouvé un moment pour enregistrer l’épisode que vous allez entendre.
Chantal, c’est une des pionnières de la bande dessinée. Elle commence en enseignant les arts plastiques, tout en faisant du dessin de presse dans des journaux politiques, puis se fait ensuite connaître en tant qu’autrice de bande dessinée avec la revue « Ah ! Nana », dès 1976, pour laquelle elle crée le personnage d’Andy Gang, un « inspecteur-la-bavure » qui brosse un portrait relativement noir de la police de l’époque. En 2007, elle cofonde le prix Artémisia qui récompense chaque année des albums réalisés pas des femmes. Chantal Montellier n’a jamais baissé les bras et continue aujourd’hui à se battre pour la reconnaissance et la visibilité des autrices.

Plus de détails sur l'épisode

Épisode 13 : Julie Gore - publié le 17 avril 2018

Lors de mon dernier passage à Angoulême, j’ai fait une jolie rencontre que je partage avec vous aujourd’hui. J’ai découvert Julie Gore dans le recueil « Féministes. Récits militants sur la cause des femmes » (Vide Cocagne, 2018), décidemment, cet album m’inspire… Julie y a raconté avec beaucoup d’humour, son « chemin de grossesse » qui a fait beaucoup rire l’ex femme enceinte que je suis. Il n’est pas courant que les femmes racontent avec autant d’humour et de justesse cette expérience intime dont la société semble vouloir s’emparer. Voir son corps se transformer en espace public, ce n’est pas facile à vivre mais ce n’est pas simple non plus à raconter, sans tomber dans le pathos absolu. Julie a déjà publié deux albums jeunesse « Bonjour Madame » (Eidola, 2015) et « Mission planètes » (Eidola, 2015) et bouillonne de projets. Pendant cette rencontre, nous avons parlé du corps des femmes pendant la grossesse, de la Finlande, du mot autrice et de ses effets.

Plus de détails sur l'épisode

Épisode 12 : Marie Gloris Bardiaux-Vaïente - publié le 10 avril 2018

Aujourd’hui, c’est Marie Gloris Bardiaux-Vaïente qui discute féminisme et guillotine avec moi (je précise cependant que Marie est non-violente) ! Docteure en histoire, militante pour l’abolition universelle de la peine de mort et militante féministe, elle est la scénariste de plusieurs bandes dessinées historiques, « La Guillotine » (La Revue dessinée n°3, 2014), la série « Reines de sang » (Delcourt). Elle a dernièrement coordonné et cosigné « Féministes. Récits militants sur la cause des femmes. » (Vide Cocagne, 2018), un recueil de témoignages sur la condition de femme aujourd’hui. Durant cet entretien qui s’est déroulé lors du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême nous avons parlé des stéréotypes culturels, des raisons qui nous poussent à devenir féministes et des cocotiers qu’elle n’hésite jamais à secouer !

Plus de détails sur l'épisode

Épisode 11 : Perrine Rouillon - publié le 27 mars 2018

Qui était là en premier, Perrine Rouillon ou la Petite Personne ? personnellement, je me pose la question… La Petite Personne, je l’ai rencontrée en 2004, je m’en souviens comme si c’était hier, c’était aux Éditions du Seuil. Elle est arrivée sur mon bureau et elle m’a beaucoup fait rire.
Le monde est petit mais parfois un peu lent car il aura fallu attendre 2018 pour rencontrer Perrine et réaliser qu’elle est aussi drôle et passionnante que son alter ego !
Depuis 1995 « La Petite Personne » (813 Éditions) se promène sur les pages, nous pose des questions existentielles et nous amuse aussi. Récemment, elle s’est interrogée :
« Moi et les autres petites personnes on voudrait savoir pourquoi on n'est pas dans le livre en plus c’est la première fois que je mets mes bras comme ça », (Thierry Marchaisse, 2016). Avec Perrine, entre deux éclats de rire, nous avons parlé de ce qu’implique le fait d’être une femme dans notre société et du temps que cela pourrait prendre pour changer la donne.

Plus de détails sur l'épisode
Get it on iTunes logo Instagram logo Deezer logo Soundcloud logo Audible logo Youtube logo RSS logo